Category Archives: Other languages material

La Conscience et Le Saut Quantique

La Conscience et le Saut Quantique

Eros, Philos, Logos

Je voudrais parler de trois mots grecs très connus:  Eros, Philos, LogosEros est normalement lié à l’érotique.  J’utilise ce mot pour signifier l’attraction et l’amour pour la beauté.  La beauté du paysage, de la nature, du corps humain, de la personnalité humaine, de la littérature, de la peinture, de la musique et de la danse.  L’amour pour la beauté est une partie de notre vie extrêmement importante, il est lié au cœur.  Eros c’est aussi la beauté du foyer familial, les festivals, la vie quotidienne dans toute sa splendeur.  En Inde on parle de la beauté dangereuse lorsque la nature s’exprime à travers les volcans, les tsunamis et autres manifestations spectaculaires.

Nous percevons tout ce qui est éros à travers les organes des sens physiques.  La vue, l’ouie, l’odorat, le toucher, le goût.  Il y a aussi le plaisir dans certains mets, dans l’amour physique, dans les sports intenses… tout ce qu’on peut apprécier à travers les sens physiques se place dans la catégorie éros.  Pour beaucoup de gens, c’est ça la vie, le bonheur.

Nous nous balançons entre le bonheur et le malheur.  Il y a aussi le côté ombre d’éros.  Quand nous sommes déçus par quelque chose.  Par exemple quelqu’un meurt, nous perdons une personne, un endroit, un objet…

Philos c’est tout ce qui est lié à l’intellect.  On comprend et on joue avec les idées.  Tout ce qui est philosophie, la science, la religion…  il y a la religion dans le sens exotérique et aussi dans le sens ésotérique.  Esotérique signifie le côté mystique.  Exotérique est plutôt le côté extérieur, le chant, les rituels, les bâtiments, les institutions, les festivals.

Philos parle aussi des différents systèmes de gouvernement, s’il faut avoir un royaume avec des familles royales, et le gouvernement d’un roi, d’une reine, des princes, princesses etc…  Ou bien s’il faut la démocratie, qui est le système préféré dans le monde actuel.  Est-ce qu’il faut une dictature, une junte militaire, la tyrannie? avec quel système voulons-nous gérer notre société?  Tout cela fait partie des idées.  Dans la philosophie morale, comment sait-on si une chose est bonne ou mauvaise? correcte ou incorrecte? tout ce qui est éthique et moralité fait partie de philos.  C’est important dans la vie sociale de connaître et d’être bien connecté à nos idées afin de formuler nos valeurs.  Tout cela appartient à la catégorie philos.

Pour les gens qui vivent uniquement dans le niveau éros, ce sera un saut quantique de passer d’éros à philos.  Philos est plus subtil et il s’agit du développement de l’intellect, le pouvoir de raisonner, le raisonnement moral.  On doit faire des choix dans la vie, on doit juger qui est bon, quelle personne est fiable, comment on doit utiliser l’argent, qu’est-ce qui est un crime, qu’est-ce qui n’est pas un crime?

Beaucoup de gens restent dans éros.  D’autres vivent dans éros et philos, les deux.  D’autres personnes restent dans philos et dédaignent un peu éros.

J’ai rencontré un physicien qui avait reçu le prix Nobel pour son œuvre scientifique.  Il était très bon mathématicien mais il ne savait pas attacher ses chaussures.  Il ne savait pas gérer la vie quotidienne.  Il dépendait de sa femme et de son université pour les choses basiques.

Voyons un peu logos.  Logos est au-dessus de philos.  Logos représente l’aspect sacré de la vie humaine et le contact avec le divin.  Logos est un niveau de conscience que l’on rencontre plus rarement.  C’est plutôt reservé à la personne qui accorde de l’importance au spirituel.

Voyons si nous pouvons développer un niveau de conscience où on peut vivre sur les niveaux éros, philos et logos, les trois à la fois.  Honnêtement, quelle est la part de logos dans notre vie en général?  Puisqu’elle est insuffisante, notre vie manque d’ancrage et d’équilibre.  Il y a des énergies qui nous font descendre et qui nous empêchent de demeurer dans logos.  Elles ressemblent à un courant et on devrait nager contre ce courant.  Nous ne sommes souvent même pas conscients d’un courant qui nous emporte vers philos et éros et qui nous empêche de nous élever au niveau subtil de logos.

Je voudrais parler du mot perception.  Dans éros nous percevons la réalité physique, les gens, les endroits, les objets, à travers les organes des sens.  Dans philos, nous percevons les idées par l’intellect; nous devons aussi développer l’esprit pour entrer dans le domaine de la philosophie.  Ensuite, pour entrer dans la dimension logos qui est une perception spirituelle, il s’agit de développer l’âme elle-même afin qu’elle puisse percevoir le divin directement.

Dans la Gîta, l’écriture sainte de l’Inde, un verset dit:  Il y a des gens qui perçoivent le divin, il y en a d’autres qui déclarent qu’il existe,  et une troisième catégorie qui dit: de quoi parlez-vous?  Ceux qui sont dans logos perçoivent le divin.  Ceux qui sont dans philos acceptent que logos peut exister, alors que ceux qui sont totalement dans éros ne comprennent pas du tout ce qu’est logos.

Il y a des facultés dans l’âme.  Cependant, nous ignorons jusqu’à quel point nous pouvons développer ces facultés.  D’autre part, chacun a ses propres limites qui sont difficiles à dépasser.

N’importe qui peut commencer une étude, mais très peu atteindront l’excellence ou la virtuosité.  Très peu deviendront des maîtres, que ce soit dans la cuisine, le sport, la musique, la danse ou la médecine.    A Hollywood, on dit pour les vedettes de cinéma qu’il y a 5% de talent et 95% de travail.

Notre capacité d’effort pour élever notre niveau de conscience, pour atteindre le niveau logos, dépend de notre pouvoir de volonté.  Il est nécessaire d’y  consacrer du temps, de travailler régulièrement et intensivement, car c’est à ce moment-là que va sortir tout ce qui est caché dans l’inconscient.

Le développement de la conscience humaine ne coûte pas d’argent.  Alors on dit que c’est gratuit.  Cela ne l’est qu’au niveau de l’argent, mais il y a d’autres aspects.  Il faut consacrer de l’attention, du temps et il faut dépasser nos barrières psychologiques.  En général tout le monde a des blessures psychologiques suite à des chocs importants dans la vie.  Ces blessures ne guérissent pas toutes seules et elles produisent des blocages difficiles à dépasser.  Ces blocages se présenteront devant nous quand nous voudrons passer d’éros et philos à logos.  Il faut une honnêteté totale pour dépasser ces blocages, ce qui n’est pas très facile.   Ceux qui sont les plus blessés ont beaucoup de mal à faire face à leur histoire et ont tendance à être dans le déni.

Certains prétendent qu’ils ne sont pas blessés mais ils ont beaucoup d’arrogance.  Cette arrogance devient un mur infranchissable pour atteindre le niveau logos.  Ceci est probablement pire qu’une blessure.  Quand le cœur et l’âme sont blessés, on cherche une guérison.  Alors que la personne arrogante pense qu’elle a tout, elle ne cherche pas à être guérie de son arrogance.  Pour atteindre la guérison, je pense qu’on a plus de chance avec des blessures qu’avec l’arrogance.

Il y a différents types de blessures, l’anxiété et la peur en sont des signes.  Quand on a vécu des circonstances extrêmes, il y a toujours la possibilité que de pareilles expériences se produisent à nouveau.  C’est normal d’en avoir peur.  Devant la peur il y a deux possibilités.  L’une est le courage, l’autre est la lâcheté, en évitant de faire face au problème.

Les gens qui ont beaucoup de peurs et d’anxiété montrent souvent beaucoup de courage parce que la lâcheté n’est pas bien vue.  Quand on traverse des circonstances extrêmement difficiles on développe l’habitude de se montrer courageux.  Derrière leur masque de courage ils ont aussi de la colère, qui est un mécanisme de défense.  La colère est mal vue, la violence aussi est mal vue, alors ils transforment la violence en masque de courage, ou bien ils refoulent les émotions négatives.  Ils se trouvent dans philos mais dans une attitude de déni, et un travail psychologique est nécessaire pour se défaire de tout cela.  Ensuite on peut faire le saut quantique et traverser le plafond de verre et arriver dans le territoire très subtil et élevé de logos.

Une personne qui commence un travail spirituel a besoin d’espace et de temps pour traverser différentes étapes.  La première étape est de mettre en place certaines disciplines.  Ce sont des exercices qui renforcent le muscle de la conscience.  Dans la pratique du Raja Yoga nous commençons par certaines disciplines physiques, par exemple, si on prétend être non-violent il faut manger végétarien pour ne pas avoir à tuer avant de manger.  Les personnes qui se régalent à la pensée de leur bifteck ou leur poisson grillé ou leur volaille trouveront cette discipline dure.

Une autre discipline est de ne pas boire d’alcool.  Pourquoi? parce que l’alcool affecte la qualité de la conscience.  Il nous fait entrer dans un état altéré de conscience.  Progressivement l’alcool diminue le pouvoir de volonté de la personne.  Il crée une distorsion de la perception et diminue la capacité de gérer ses propres émotions et sentiments.  La personne connait des fluctuations dans ses comportements qui peuvent devenir difficiles à contrôler.  D’autres variétés de drogues dures comme la cocaïne, l’héroine, les opioïdes etc… produisent des effets semblables, progressivement la personne devient esclave de la substance.

La personne qui suit des disciplines se responsabilise par rapport à la gestion de ses émotions.  Quand la blessure est réveillée par une situation banale, la réaction émotionnelle est anormalement violente.  Chaque fois que la blessure qui est dans le coeur ou dans l’âme est réactivée par une provocation quelconque, la personne réagit beaucoup plus fortement que la normale.  Cela vient indiquer la nature ou l’origine de la blessure.  La réaction peut être la violence, la colère, une peur extrême, l’ incapacité à gérer ses pensées, se faire des films qui n’en finissent pas.  Viennent des doutes, des idées complètement irraisonnées, des cauchemards que la personne ne peut pas contrôler.  Des évènements comme les guerres, les calamités naturelles très sévères ou les épidémies, laissent des cicatrices traumatisantes, des barrières psychologiques qui demeurent dans l’âme jusqu’à ce qu’elles soient guéries.

Le travail psychologique consiste aussi à dépasser de nombreuses attitudes sociales de la société patriarcale qui bloquent le développement psychologique.  Un exemple est le déséquilibre entre le traitement des hommes et des femmes.  La personne qui fait son travail spirituel doit d’abord aller fouiller pour retrouver l’origine de son traumatisme qui a bloqué son développement psychologique.

Le niveau logos donne une perspective complètement différente de la vie.  On est au-delà de la moralité conventionnelle.  Tous les pouvoirs spirituels et les vertus divines sont là.  Pour demeurer dans ce niveau logos, il est important de gérer les obstacles psychologiques dès l’instant où ils se présentent.  Il y a aussi la question du karma.  La philosophie du karma est très compliquée et difficile à déchiffrer.

L’âme non-physique, spirituelle, éternelle, ou l’esprit qui anime le corps, est liée au sacré.  Le karma génère aussi des blocages entre l’âme et le divin.  Ces blocages forcent l’âme à rester dans le niveau éros; ou bien l’âme se réfugie dans l’intellectualisme pour éviter tout ce qui est connecté avec le cœur, les sentiments, la trahison, les différentes blessures.

Si on veut réaliser le saut quantique pour aller dans logos, il faut bien discerner “moi l’âme qu’est-ce que je suis en train de faire?  Quelles sont les tactiques que j’utilise pour éviter la vérité à laquelle je dois faire face, pour pouvoir traverser mes blocages?” En général la personne ne se voit pas elle-même.  Elle ne voit pas ses barricades, mais les autres les voient.  Certaines personnes les voient bien plus clairement que d’autres.

Une personne de confiance, qui a une vision claire, bienveillante, vous dira quel est votre problème.  Par exemple “Ton attitude dans les relations humaines est basée sur la peur.”  L’autre répondra “Qui, moi?”  Elle sera dans le déni, en disant “Non, j’ai du courage, je fais ceci, cela.”

La peur influence cette âme et dirige son karma, ses activités, et la persuade que son courage indique qu’elle est déjà guérie.  Elle ne s’avoue pas le fait qu’elle a fabriqué le masque de son courage pour déguiser sa peur.   Alors l’activité et la personnalité de l’âme deviennent artificielles, ce qui l’empêche de réaliser le saut quantique et d’entrer dans le niveau logos.

La personne vraie a suffisamment de clarté pour se voir réellement.  Il n’y aura pas d’hypocrisie.  Quand il y a de l’égo, soit nous pensons que nous sommes plus que ce que nous sommes, soit nous pensons l’opposé, nous nous voyons moins que ce que nous sommes.  La personne se balance entre les deux attitudes qui sont fausses toutes les deux.  La personne n’arrive pas à se voir telle qu’elle est.

Le saut quantique demande qu’on soit vrai.  La personne blessée, hypocrite, use d’artifices.  Elle devrait écouter des personnes de confiance qui parfois disent des vérités douloureuses.  Est-elle prête à écouter cela?  Si elle prend leurs mots comme une insulte, ces personnes hésiteront à lui en dire plus et se tairont.

La communication entre les gens devient de moins en moins authentique car les gens ne tolèrent pas les mots vrais qui font mal.  Leur égo est touché, il réagit et ils se défendent.  Le problème, l’artifice restent bien en place, bien ancrés.  Pour réparer tout cela il faut faire un travail psychologique.  Beaucoup pensent que c’est un travail spirituel mais non, c’est un travail psychologique.  Cela prend du temps pour terminer le travail psychologique et commencer le travail spirituel.  Il y a d’abord les disciplines, ensuite le travail psychologique qui peut durer plusieurs années.

Il est important d’avoir confiance dans les gens qui nous disent la vérité.  Ce sont nos vrais amis.  Les gens faux ne nous diront jamais la vérité.  Quand on accepte la vérité qui vient briser l’égo, cet égo, qui est la fausse identité, peut mourir, et alors peut émerger le vrai soi.  Si on veut réaliser le saut quantique pour atteindre le niveau logos, on doit dire au divin: “Envoie-moi de tels amis.”  Ou bien des circonstances se présenteront, par exemple, la maladie pourra faire le même travail.  Le malade est dépendant.  Il dépend de quelqu’un pour se laver, s’habiller etc…  l’égo préfère être auto-suffisant.  Les circonstances de dépendance servent à le briser.

Certaines âmes arrivent à développer leur côté philos.  Elles font l’analyse dédramatisée de leur situation et adoptent une attitude détachée par rapport à leurs traumatismes du passé.  Finalement commence le travail spirituel.

Notre conscience est à l’intérieur.  Cependant, l’âme croit que la réalité est tout ce qu’on perçoit à travers les organes des sens, c’est à dire l’extérieur.  Cela s’appelle la conscience du corps, la conscience de la matière.  La spiritualité nous dit de nous orienter vers la dimension de l’intérieur.  C’est un exercice qu’il faut pratiquer.  Mais 30 secondes ne suffisent pas.  Il y a toujours d’autres choses à faire, des distractions etc…  quand on est obligé de rester couché à cause d’une maladie, d’une jambe cassée, c’est une opportunité pour regarder à l’intérieur.  Même avec cela il y a des obstacles, on se plaint, on regarde la télévision, on lit des livres etc… parce que l’âme est faible et n’a pas suffisamment de pouvoir pour faire le travail nécessaire à son évolution spirituelle.  Elle manque de détermination, alors que c’est ce qui lui permettrait de dépasser le plafond de verre et d’entrer dans la dimension logos.  Cela s’appelle aussi le niveau karmateetKarmateet signifie que la personne a réglé ses comptes karmiques.

Pendant la période où nous faisons notre travail psychologique, nous avons en même temps des comptes karmiques à régler.  Cela peut prendre la forme de conflits, de malentendus ou toutes sortes de problèmes qu’on trouve dans les relations humaines.

Quelquefois on se dit “qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour mériter cela?” Cette pensée indique qu’il y a un compte karmique qui est en train d’être réglé.  Nous devons développer nos pouvoirs intérieurs afin de gérer les émotions, tolérer les circonstances et les personnes qui nous mettent la pression, qui nous volent, nous agressent.

Une option est de prendre la chose comme un examen.  La vie est une université.  “Même si c’est un règlement de compte karmique, je vais le considérer comme un examen.  Je comprends qu’il y a un aspect psychologiquement faible en moi.   Cette situation est venue pour m’enseigner quelque chose qui va me rendre plus fort dans cet aspect.”  Cette attitude est plus positive que l’attitude de penser qu’on est puni.

On devient de plus en plus honnête avec soi-même et avec les autres.  Le cœur qui était congelé commence à fondre.  On commence à regarder les gens dans les yeux, à être plus présent à soi-même et aux autres, à formuler ses valeurs basées sur les lois spirituelles.  Ce sont là des attributs indispensables pour ceux qui cherchent à aller dans logos.  Cela nous maintient dans plus d’authenticité, de vérité, de respect de soi, de respect et d’amour pour les autres.  En même temps, on développe notre relation avec le divin.

Il est important que notre relation avec le divin soit cohérente et continue.  Autrement cette relation ne sera activée qu’en des moments d’extrême nécessité.  Puisqu’il s’agit d’une relation, celle-ci doit être quotidienne et intelligente.  Il est essentiel d’avoir le respect de soi dans la relation avec le divin.  C’est cette force divine, Dieu, qui va percer le plafond de verre et nous laisser passer.  Cette nouvelle dimension est un paysage complètement différent, habité par des gens purs, vrais, authentiques et honnêtes avec eux-mêmes.  Très peu de gens s’y trouvent mais c’est là qu’on aimerait habiter.

Au moment où on passe des examens cela semble difficile.  C’est comme quand une femme accouche, c’est extrêmement douloureux.  Mais dès que c’est fini, elle est ravie de voir son enfant. Quelquefois la vie nous présente des choses pénibles qu’il nous faut traverser.

Une des lois de la spiritualité dit que quand on pense beaucoup à des évènements pénibles, injustes ou horribles du passé, on devient attaché à ces évènements et cela crée un lien qui nous retient dans éros.  En se l’expliquant ou en le justifiant on arrive à philos, mais on ne pourra pas aller dans logos.  Pour aller dans logos il faut se dénuder, lâcher prise totalement.  Il est nécessaire de comprendre que tous les évènements que nous avons traversés étaient des scènes latérales qui nous ont amenés jusqu’au niveau logos, qui est un niveau de libération des liens.  C’est le côté positif.  L’idée que ces évènements étaient négatifs nous empêche d’aller de l’avant.  Il est essentiel de comprendre que ces scènes appartiennent au passé et qu’elles nous permettent d’évoluer.  Elles deviennent des faits historiques positifs.  On continue le voyage de notre vie.

Beaucoup de gens restent bloqués dans les évènements du passé vécus comme négatifs et recherchent la vengeance.  Ils voudraient démontrer que ces incidents n’auraient pas dû avoir lieu.  Une des lois de la spiritualité dit “ne perdez pas votre temps à essayer de prouver que cela n’aurait pas dû arriver.”  It’s not good, it’s not bad, it just is.  Ce n’est ni bon ni mauvais, c’est comme ça.

Vous pouvez utiliser cette phrase pour neutraliser des mémoires qui cherchent à envahir votre esprit et vous empêcher de faire des progrès.

Il s’agit de tout dépasser.  “Je suis l’âme éternelle.”  Rappelez-vous souvent: “j’ai une grande valeur, je suis aimé par le divin.  J’ai un grand potentiel.  Ma vie a un sens que je suis en train de découvrir.”  Plus on arrive à faire ce saut quantique et à rester dans logos, plus le regard en arrière nous donne une perspective d’acceptation que tout était exactement ce qu’il fallait et cela amène un sentiment d’accomplissement.

Il n’y a plus d’illusions; la déception est un sentiment très déplaisant mais elle est préférable à l’illusion.  On a dépassé le sentiment pénible de la déception et on est arrivé à la clarté.  On a retrouvé la paix.  On accepte ce qui est.  On est alors dans la réalité, dans la vérité.  On a traversé les blocages, l’égo, on est de l’autre côté du plafond de verre.  On vit dans logos.  Notre relation avec le divin nous donne une perspective d’acceptation de la vie.  Les aspects temporaires prennent alors une place secondaire par rapport à logos.  Pour cette raison nous cherchons à intégrer le niveau logos dans notre conscience afin de ne plus être pris au piège de l’impermanence.

German Murli Notes

Murlinotizen 23. August 2018 Schwester Denise

Baba beschreibt die Erinnerung als eine steile Leiter. Das beinhaltet, dass wir uns über alles erheben müssen, auch von einer Sache, die die Form, das Aussehen und die Größe des Himalaya annehmen könnte. Die Übung, uns selbst weit über Allem zu halten, ist für unsere abschließenden Tests wichtig.

Baba spricht über Liebe. Wie ihr mich schon oftmals davon sprechen gehört habt, ist Liebe kein Gefühl, sondern eine Einstellung. Liebe für den Vater bedeutet, ein klares Verständnis davon zu haben, dass Er die Quelle dessen ist, was wir benötigen. Wenn wir durch die Anziehung an eine Person, einen Ort oder ein Ding abgelenkt werden bedeutet das, dass wir nicht verstanden haben, was wir von Gott erhalten. Deswegen wird davon gesprochen, dass preet buddhi, der Intellekt, mit Liebe ist und vipreet buddhi der Intellekt, der nicht etwa keine Liebe hat, sondern einer ist, der mit Hass gefüllt ist. Hass meint, dass ihr Gott nicht versteht, ihr nehmt an, dass Gott etwas sei, das Er gar nicht ist. Auch das ist eine Art der Beleidigung Gottes. Shiv Baba erklärt uns, was Er tatsächlich ist und wie wir über Ihn denken sollten. Daher bedeutet Liebe für Ihn zu haben, Ihn auch so zu verstehen, wie Er sich uns zeigt. Wir unterlassen es, unsere Vorurteile und früheren religiösen Überzeugungen damit zu vermischen. Gibt es eine Vermischung, so bedeutet das, dass wir Ihn nicht richtig verstehen. In der Folge können wir uns nicht mit Ihm verbinden.

Baba betont, dass dies unser letztes Leben ist, dass dies das Ende ist. Unsere Rollen sind beendet, das Schauspiel ist zu Ende und alles ist vorüber. Baba hat das Wort Samapti am Ende der letzten Saison benutzt. Viele BKs denken darüber nach, was „alles ist vorüber“ bedeutet. Die avyakte Rolle ist sicherlich vorüber, die sakar Rolle ist schon seit 1969 beendet. Die Frage, die allen auf dem Herzen brennt lautet: Was kommt als Nächstes? Die meisten BKs sind der Ansicht, dass wir Yoga von sehr viel höherer Qualität benötigen. Sie betrachten Yoga als eine Übung, die uns weit über all die Betrachtungen der Welt erhebt, die moralischen und ethischen Betrachtungen eingeschlossen und dass Yoga dazu führt, dass wir die Welt aus Gottes Perspektive von der Seelenwelt aus betrachten.

Baba spricht über den Tod. Wir leben ein Leben, in dem wir schon gestorben sind. Er nennt dies Murjeeva janam. Das setzt voraus, dass wir unsere Unterstützung von Gott beziehen. Shiv Baba ist unsere Quelle. Wir nehmen keine Unterstützung von der Welt. Baba vergleicht den liebevollen

1

Intellekt mit dem Intellekt voller Hass der Yadavas (Europäer aus dem Westen) und der Kauravas (nicht erleuchtete Hindus aus Indien). Die Kauravas werden als jene betrachtet, die Gott und die Wahrheit hassen. Sie sind nicht bereit, sie in Betracht zu ziehen oder ihr gemäß zu handeln. Wenn Baba davon spricht, dass wir keinerlei Verbindung mehr zu dieser Welt haben, so bezieht sich das auf das Beziehen von Unterstützung von dieser Welt, dass eure Identität vollständig dieser Welt entspringt. Seid ihr jedoch lebendig gestorben bedeutet das, dass euer Sinn von der anderen Seite entspringt, der nicht-materiellen Seite, der Seite auf der Baba zu finden ist.

Durch diese Übung des lebendig gestorbenen Seins passieren viele Dinge. Im Licht des Wissens vom Weltkreislauf und der Wiedergeburt, hören wir auf, uns vor dem Tod zu fürchten und wir hören auf, uns mit dem Körper zu identifizieren. Wir betrachten den Körper als ein Objekt, das wir benutzen und das wir letzten Endes ablegen werden. Wir sind nicht alarmiert, wenn eine andere Person stirbt, weil wir verstehen, dass alle Seelen sind und sie wiederkommen werden. Nichts geht jemals verloren. Wir verstehen, dass dies unser letztes Leben ist, dass Shiv Baba in der Endzeit kommt, der Zeit der Zerstörung und dass wir schon viele Male durch sie hindurchgegangen sind. Shiv Baba erklärt uns, dass er uns das vor 5000 Jahren schon alles gesagt hat und es jetzt einmal mehr tut. Baba betont, dass das Übergangszeitalter, das Zeitalter zwischen dem Eisernen und dem Goldenen Zeitalter, der Zeitabschnitt der Zerstörung ist. Baba nennt die Zerstörung eine Aufgabe. Das bedeutet, dass es eine schöpferische Arbeit ist, was ein Paradoxon darstellt.

Heute legt Baba einen Schwerpunkt auf die Frauen, insbesondere die Jungfrauen – die Kumaris. Die Murli erwähnt, dass die Kumari 21 Clans erhebt. Das ist ein sehr bekanntes Sprichwort in Indien. Doch es wäre treffender, wenn von 21 Generationen gesprochen würde. Was immer ihr als Babas Kind, Babas Student, als ein Yogi und Anhänger des Satgurus macht, hat enormen Einfluss auf eure biologischen Verwandten. Viele sind sich dessen nicht bewusst, weil es solch eine subtile Sache ist und sie ist oft erst nach vielen Jahren zu erkennen.

Es gibt hier einen Bezug zur Christenheit. Die Jungfrau Maria ist eine Kumari und gleichzeitig die Mutter von Jesus. Die indischen Gottheiten sind alle Jungfrauen, doch sie werden gleichzeitig Mütter genannt. Hier gibt es eine ganz klare Verbindung zwischen der spirituellen Bedeutung der indischen Gottheiten und der der Jungfrau Maria, doch den Christen ist diese unbekannt. Zumindest ist mir nicht bekannt, dass sie sie kennen.

2

Der Prozess des lebendigen Sterbens führt zu der Notwendigkeit, alle Anhänglichkeit zu zerstören. Anhänglichkeit entsteht, wenn wir von einer Sache, einem Ort oder einer Person emotionale Unterstützung nehmen. Baba möchte von uns, dass wir diese loslassen und mit oder ohne diese Unterstützung klar kommen. Darin besteht die Übung des Lotuslebens. Ihr befindet euch in dieser Welt, seid aber nicht von ihr. Ihr befindet euch über der Negativität der Welt.

Baba spricht davon, dass das Wissen eine Angelegenheit von einer Sekunde sei. Ihr erlebt einen Moment der Klarheit, einen Moment der Erleuchtung, sobald ihr versteht, dass ihr eine Seele seid, dass ihr zu Gott gehört und ihr den Kreislauf versteht. Es braucht nur einen Augenblick, um das zu , doch eine lange Zeit, um eure karmischen Konten zu beenden. Damit überwindet ihr den Widerstand und die Trägheit, euer Schicksal zu erschaffen. Deswegen erwähnt Baba den Punkt von König Janak, der im Übergangszeitalter zu spät gekommen ist. Er geht ins Silberne Zeitalter, weil er nicht die Zeit hatte, Yogakraft anzusammeln, zu studieren und daran zu arbeiten, seine offenstehenden karmischen Konten zu begleichen.

Die Brahma Kumaris erleben nun eine Ära des Wandels, jetzt da Bapdadas avyakte Rolle vorüber ist. Ich denke, wir werden bald sehr bekannte Leute zu uns kommen sehen. Viele werden kommen, doch sie werden nicht genug Zeit haben. Sie werden der Praxis sehr intensiv nachgehen, doch weil die Zeit zu kurz ist, werden sie nicht dazu fähig sein, das Bewusstsein zu erreichen, das Baba dasjenige des goldenzeitalterlichen Meisters oder Kaisers nennt.

Shiv Baba beschreibt sich selbst als Sarvashaktivan und das wird als Allmächtige Autorität übersetzt. Es gibt Zeiten, in denen spricht Baba von sich selbst als der Autorität, doch das bezieht sich üblicherweise auf die Autorität des Wissens. Wir müssen verstehen, was es bedeutet, dass er alle Kräfte besitzt. Er besitzt alle Kräfte und er weiß alles. Daher ist er die Autorität des Wissens. Auf Englisch gibt es den Ausdruck allwissend und den Ausdruck allmächtig. Baba spricht nicht davon, dass er allgegenwärtig sei, doch dass er eine allwissende Autorität des Wissens sei und er allmächtig sei, der Allmächtige.

In den frühen Tagen der Yagya bezogen sich die BKs auf Shiv Baba als Allmächtiger Baba und sie benutzten das Wort Baba für Brahma Baba. Unsere Liebe für Shiv Baba ist mit unserer Erkenntnis seines Wesens verbunden. Wenn wir Gott nicht erkennen können wir von ihm keine Wohltat erhalten. Baba versteht unter Liebe Ihm gegenüber, dass wir Ihn erkennen und entsprechend handeln. Das meint auch, dass ihr eure Erhaltung und Unterstützung nur von Shiv Baba bezieht und

3

von nirgendwo anders her So könnt ihr euch ausschließlich auf Ihn fokussieren. Andere, von denen ihr zuvor Unterstützung erhalten habt, werden dann als Mitschauspieler im Drama verstanden. Ihr bezieht von ihnen keine emotionale Unterstützung mehr und könnt sie daher loslassen, wann immer ihr es tun müsst.

Baba vergleicht die BKs mit unterschiedlichen Vogelarten. Nachtigallen sprechen das Wissen sehr lieblich und jeder möchte ihnen zuhören. Papageien wiederholen, was ihnen beigebracht wurde, verstehen es jedoch nicht notwendigerweise. Es gibt in Südindien einen Tempel der Gottheit Minakshi, die einen Papagei auf ihrer Schulter trägt. Dadi Janki hat sich selbst mit dieser Gottheit verglichen und gesagt: „Ich sage euch überhaupt nichts, ich wiederhole einfach das, was ich von Baba gehört habe.“ Krähen sind Leute, die streiten und sich zanken. Es gibt welche, die sind so. Tauben machen ein gurrendes Geräusch und sagen überhaupt nichts in eigener Angelegenheit, sondern machen einen Ton, den jemand macht, wenn er mit dem Gehörten einverstanden ist. Die Taube wird mit Parvati und der Geschichte der Unsterblichkeit assoziiert. Diese Geschichte wurde niemals bekannt, weil Parvati eingeschlafen ist. Das Geräusch von Tauben vermittelte Shankar den Eindruck, dass sie zuhören würden. Baba bittet uns, uns selbst mit Blumen zu vergleichen: „Ist eure Form schön, habt ihr wunderschöne Farben und einen schönen Duft? Bewertet euch selbst dementsprechend.“

Es gibt eine Geschichte von der Stadt der Dunkelheit. In der Stadt der Dunkelheit hatten alle Dinge denselben Preis, jeder hatte denselben Status. Die Stadt endete in einer absoluten Katastrophe. Diese berühmte Geschichte in Gedichtform ist in der indischen Bevölkerung sehr bekannt und wird im Allgemeinen von ihnen in der Schule gelernt. Sie bezieht sich auf die Demokratie. Die benutzt sie als Sinnbild für die Herrschaft des Volkes über das Volk. Baba sagt, dass die bessere Regierungsform die Monarchie sei. Jeder ist unterschiedlich und Baba erschafft das Königreich. In der modernen Welt hängen wir der Idee der Demokratie an. Die BK-Organisation muss auf demokratische Weise funktionieren doch die Yagya ist die Vorbereitung auf das Königreich. Das Königreich ist hierarchisch strukturiert, doch Hierarchie beinhaltet keine Tyrannei.

Die Könige und Königinnen des späten Eisernen Zeitalters waren Tyrannen und es wurden Republiken nach ihnen errichtet. Sobald das System der Monarchie abgeschafft wurde, wurde es durch eine Republik ersetzt, die, degeneriert, in einer Militärdiktatur endet, die weiter zu Anarchie, Bürgerkrieg und Zerstörung hin degeneriert. Die Demokratie ist Teil des Prozesses, der zur Zerstörung führt, weil sie insbesondere im Indien der 1940er Jahre sehr leicht korrumpiert werden

4

konnte. Baba bevorzugt die Monarchie. Die indischen Könige müssen sowohl spirituell, als auch politisch machtvoll und rein sein und dem Königreich dienen. Das Beispiel eines Raj Rishi wird gegeben, was sich auf König Janak, eines großartigen Königs und Entsagenden bezieht. Baba beschreibt Raja-Yoga oft als die Übung, die jetzt notwendig ist, wenn ihr in der Zukunft gute Herrscher werden wollt.

Baba zitiert den sehr bekannten Satz: „Zur Zeit der Zerstörung sind jene mit einem Intellekt, der mit Liebe angefüllt ist, siegreich. Jene, deren Intellekt zur Zeit der Zerstörung hasserfüllt ist, werden zerstört werden.“ Dieses uralte Sprichwort wird aller Erwartung nach während unserer Lebenszeit in Aktion treten und ist daher etwas, das es zu überdenken gilt.

Im Abschluß erinnert uns Baba daran, dass dies ein Wettkampf sei. Er ist sehr ausgefeilt und komplex und nur acht werden gewinnen, weil nur acht die Ebene von Yoga erreichen werden, auf der vollständige Loslösung herrscht. Sie werden von den unterschiedlichen Szenen der Zerstörung nicht beunruhigt. Es gibt viele Gelegenheiten, die Unabhängigkeit von sicht- und fühlbaren Dramaszenen zu üben.

Ein hohes Bewusstsein zu erschaffen – die fliegende Stufe – wird durch wahre Loslösung mittels Seelenbewusstsein erlangt. Dann kann euch kein Problem verärgern oder als so riesig, wie der Himalaya erscheinen. Nehmt alles mit dem dritten Auge des göttlichen Intellektes wahr und ihr werdet eure Belohnung erkennen.

Der Slogan ist interessant. Jene, die jeden achten, werden Vorbilder oder Archetypen. Was bedeutet es, alle zu achten? Ist es möglich alle zu achten, wenn ihr euch selbst nicht achtet? Denkt tief darüber nach, was es bedeutet, ein Vorbild zu sein, durch diese tiefe und außergewöhnliche Qualität der Achtung.

Om Shanti

5

Power of Discrimination Part 2 – Arabic

Power of discrimination part 2 arabic